La Grossesse et la Nutrition

La grossesse n’est pas une maladie, mais il y a une prise de conscience qui peut naître à ce moment, et des remise en cause qui s’installent. Par rapport à la nourriture, il faut s’assurer que ce qu’il y a dans notre assiette soit encore plus naturel, si on peut expliquer cela ainsi, « plus pur » que d’habitude.

Enceintes, nous sommes en train de « fabriquer » un petit être. Ce petit être, va disposer de caractéristiques génétiques de la maman d’une part, avec tout son passé familial (d’un point de vue génétique), et la même chose du côté du papa d’autre part. Si une pathologie existe déjà, il y a un risque de transmission à ce nouvel être.

Alors si en plus les parents ont une mauvaise hygiène de vie, comme mal s’alimenter, fumer, prendre des médicaments ou substances hallucinogène, forcément ce petit être démarre avec un patrimoine génétique affaibli. Si qui plus est, la future maman mange mal pendant la grossesse, forcément cela ne renforcera pas la santé du futur bébé. Il peut y avoir des troubles de mal formation, de croissance, provoquer une fausse couche, ou plus tard des troubles de l’attention.

Attention, cela ne veut pas dire que si tout est bien fait, avec un patrimoine génétique plutôt favorable, que le bébé sera en pleine santé, sera futur prix nobel, et champion du monde dans sa discipline. Mais il aura un patrimoine génétique de base de « qualité ». Et inversement un couple de personnes qui ne sont pas forcément malades mais qui ont des habitudes alimentaires à revoir, boivent de l’alcool, et consomment autres substances à éviter, ce couple n’aura pas forcément un bébé chétif où malade. Il existe dans la nature des choses qui ne s’expliquent pas.

Ceci dit, il est primordiale de bien manger. Manger varié, équilibré, bio et coloré.

Quelques précautions :

Avant de commencer par ce qui est recommandé, j’ai envie (pour les personnes pressées et qui ne liraient pas tout l’article) d’indiquer les choses complètement interdites pendant une grossesse.

Bien évidemment on ne revient pas sur l’alcool. Ni le tabac. Ni les médicaments sans prescription médicale.

Par-contre, les produits industriels, (sauf les personnes pratiquant l’équilibre alimentaire), personne n’y pense en règle générale dans son propre quotidien hors grossesse, hors pathologie, hors croissance, mais c’est une erreur. Les produits industriels, ne sont que des produits transformés, avec des aliments de base qui ne sont pas de qualité, pleins d’additifs et E quelques choses, qui vont intoxiquer votre corps, et donc enceinte, vont intoxiquer le foetus.

Il convient de faire attention à l’acidité autour du foetus, car une alimentation trop acide peut provoquer une fausse couche, et cela n’est pas forcément connu. La rhubarbe par exemple est à éviter durant presque toute la grossesse.

Il convient également de faire attention aux perturbateurs endocriniens, comme pour les produits industriels, cette recommandation est valable pour tout le monde. Voilà pourquoi manger frais, bio, et une cuisson à la vapeur douce, limite les toxines, les pesticides, et autres nuisibles pour notre santé. Les perturbateurs endocriniens se trouvent partout, dans nos assiettes, et notamment dans les produits cosmétique. La Pierre d’Alun, c’est nettement mieux qu’un déodorant classique, et surtout bannissez les anti-transpirants.

Le micro-onde aussi est à bannir, mais il conviendrait de le bannir dans la vie en règle générale. Une grossesse peut être un départ pour revoir ses habitudes alimentaires de manière définitif. Et lorsqu’une grossesse est prévue il serait même mieux, de commencer une meilleure alimentation tout de suite, agrémentée des vitamines et oligo-élèments nécessaires pour une future grossesse. De supprimer ce micro-onde qui anéanti tous les nutriments de la belle assiette préparer avec amour. En prenant quelques précautions, le corps est davantage prêt à accueillir une grossesse.

Maintenant qu’un petit tour des interdits a été présenté, même s’ils ne sont pas exhaustifs, pour les personnes qui n’aiment pas les articles à rallonge, où trop complet, elles peuvent s’arrêter là. Il y a ici quelques pistes concernant l’alimentation pour une future grossesse, et revenir au moment opportun.

Quelques recommandations de base :

Premièrement le matin, à jeun, ne pas boire de l’eau fraîche. La règle générale recommande de ne pas prendre de l’eau fraîche ou trop froide, mais de boire de l’eau à température ambiante. Il est évident qu’il faudra comme hors grossesse toujours bien s’hydrater, tout au long de la journée.

Concernant la femme enceinte, il sera mieux pour elle au réveil, de prendre un verre d’eau avec une petite cuillère à café de miel et 1/2 jus de citron. Ce petit mélange peut l’aider à combattre les nausées matinales et les troubles gastriques.

Après ce verre d’eau, pour lutter contre les constipations dues à la grossesse chez certaines personnes, (et même pour les personnes n’étant pas enceintes), faire un autre mélange, qui est de mettre dans un bocal, un litre d’huile d’olive avec 1/2 kilo de figues sèches, et prendre une cuillère à soupe le matin, (c’est égal à peu près à 2 figues, cela dépend de leur taille). Le transit intestinal, sera alors amélioré.

Ensuite pour avoir suffisamment de vitamines B, notamment la B6 et la B12, manger une soupe à base d’orge. Matin, Midi ou soir, selon les habitudes de chacun.

Le miel est un excellent aliment pour la femme enceinte, bien évidemment en petite quantité. Il est source de minéraux, de vitamines, d’enzymes et plein d’autres bonnes choses. Le miel contribue à donner de l’énergie à la femme enceinte. Une préférence pour le miel de datte, cela procurera un plein de fer et de vitamines. Car les dattes sont elles-mêmes conseillées, elles sont riches en fibres, magnésium, potassium, acide folique, et fructose. Manger des dattes dans la journée, ou en début de repas, est très bénéfique pour le tonus de la femme enceinte. Par-contre pour les personnes qui ne sont pas habituées à en consommer de manières quotidiennes où fréquentes, se contenter de 2 ou 3 dattes par jour.

Les raisins secs sont également très nourrissants, comme la figue et la datte ils permettent de renforcer le corps.

Les probiotiques sont importants enceinte ou pas, mais dans le cas de la grossesse ou il convient d’écarter toutes sources d’infections, ils faut vraiment composer avec les probiotiques, qui aide à éviter les mycoses vaginales.

Les mycoses vaginales peuvent aussi et toujours être évitées grâce à la canneberge.

On recommande de ne pas manger trop épicé, mais il y a dans des cultures, ou les épices sont multiples, variées, en quantité, et sont dans tous les plats, de manière quotidienne. Si la future maman ne ressent pas de désagrément pendant la grossesse, qu’elle continue de manger de la même façon qu’avant. Par-contre, pour d’autres femmes, qui sont habituées uniquement au sel poivre et herbes de Provence, ce n’est pas la peine de se mettre au curcuma, gingembre, curry, massalé, …, parce qu’il a été lu quelque part que cela est bon soit pour la santé, soit pour les futurs goûts alimentaires du bébé. Il se pourrait que la maman les supporte très bien, comme il se pourrait qu’elle connaisse de nombreux problèmes digestifs, et ce n’est pas la peine de rajouter cela.

La femme enceinte devra adopter une façon de manger plus saine, s’il est déconseillé de faire des repas copieux hors grossesse, il l’est encore plus pendant la grossesse. Il vaut mieux ajouter dans la journée un ou 2 « repas » (plutôt collation), que de manger beaucoup et ainsi avoir une digestion encore plus difficile. Même s’il ne s’agit pas de manger d’avantage, ou pour 2 ! N’oublions pas, une fois le bébé né, il pèsera environ 3kg, et peut-être que 5kg environ de placenta et autres seront évacués du corps de la maman. Donc le calcul est simple, 5 + 3 = 8, si la personne prend 20kg, il lui en restera 12 de plus qu’avant grossesse. Et ce n’est pas la faute du bébé.

Quelques sources naturelles de Fer :

Les fruits sont une excellente source de fer, dont le raisin noir, les dattes,

Les légumes frais,

Les fruits secs,

L’orge,

Les produits de la ruche,

Les olives et l’huile d’olive,

La viande rouge, mais également la viande blanche, ainsi que le poisson.

Quelles vitamines sont nésessaires :

Les vitamines B sont importantes pour la femme enceinte.

Notamment la vitamine B12, elle se trouve dans les produits d’origine animale et les poissons. Il est souvent recommandé une supplémentation à base de plantes, qui apportent les nutriments nécessaires dont la femme enceinte a besoin, bien évidemment sur avis médical, qui sont généralement de la vitamine B9 et B12, de la vitamine D, du fer, et de l’iode. Si la grossesse est prévue, envisagée, il est bon d’amorcer la prise d’acide folique (vitamine B9). On peut également trouver de la vitamine B12 et du fer dans les probiotiques et la spiruline. Cela permettra de combattre l’anémie et la fatigue. On peut également sur recommandation médicale, prendre de l’Acérola. Riche en vitamine C.

La femme enceinte a notamment besoin d’acide folique, qu’elle trouvera dans quelque chose d’un peu particulier, les abats ! Heureusement pour les personnes qui n’aiment pas ce genre de mets, ou qui ne mangent pas de viande, elle se trouve dans beaucoup d’autres sources, comme :

Tous les légumes à feuilles vert foncé, la salade verte, les épinards, les asperges, …

Les légumineuses,

Les noix, les amandes,

Les agrumes, le kiwi,

Il y a heureusement une alternative, vous l’aurez compris je n’aime pas les abats.

Une fois de plus, une alimentation saine, pratiquer l’équilibre alimentaire, est la base d’une bonne santé. Lors d’une grossesse cela est d’autant plus important, la femme va pendant cette période connaître de multiples changements dans son corps, et ce, quotidiennement ! Ses besoins seront alors différents, les hormones travailleront différemment, elle aura donc besoin d’apports nutritionnels particuliers.

Quelques plantes utiles pendant la grossesse :

La spiruline est fortement conseillée, elle est pleine d’oligo-éléments, de vitamines et de fer. Elle contient également du tryptophane. Il s’agit d’un bon fortifiant à ne pas négliger pendant la grossesse.

La verveine, la mélisse officinale, le gingembre, la racine de guimauve, le psyllium et la manne sont des plantes digestives et antispasmodiques. La verveine favorise également le bon sommeil, elle soulage les troubles gastriques, et chouchoute l’utérus. Le gingembre lui est recommandé en petite quantité pour lutter contre les nausées, il peut être pris à la place de la réglisse contre les remontées acides et les autres problèmes digestifs. Il est préférable de le consommer sous forme de tisane ou en jus avec du miel, au lieu de l’incorporer dans son alimentation.

Dans le cas de nuit agitée, certaines personnes se verront prescrire un supplément en tryptophane. Ne pas oublier, que tout est sur prescription, et l’alimentation est la base pour trouver les nutriments nécessaires.

Comme tous les produits de la ruche, la propolis est un élément important, et nutritif pendant la grossesse. Elle est très efficace pour lutter contre la fatigue. L’associer au miel augmentera son efficacité.

Les huiles végétales (je me répète, mais de QUA LI TE, et de préférence pas cuite !) sont de précieuses alliées de la femmes enceintes.

Quelques plantes contre-indiquées :

Les huiles essentielles sont interdites pendant au moins les 3 premiers mois de la grossesse. En inhalation elles sont autorisées, dans le cadre d’un suivi chez un aromathérapeute, s’il n’y a pas de contact avec la peau et avec un dosage respecté.

La graine de nigelle, qui est à considérer comme un super aliment, est à bannir en interne pendant la grossesse. Il convient pour les personnes qui ne la connaisse pas de la laisser de côté, mais de s’y intéresser plus tard. Quant aux personnes habituées à utiliser la graine de nigelle, il vaut voir avec un spécialiste en produits naturels, pour savoir comment l’utiliser en huile, voie externe uniquement.

Plantes pouvant être untilisées en fin de grossesse :

Certaines plantes sont à utiliser uniquement durant les derniers mois de la grossesse comme la paternelle par exemple.

D’autres pendant les quinze derniers jours de la grossesse comme : la camomille, la marjolaine ou le framboisier par exemple. L’ortie, qui est préconisée dans les cas d’aménorrhée, est à bannir également, sauf dans les 15 derniers jours.

Le funegrec lui également provoque des contractions, il peut être intégré 15 jours avant le terme de la grossesse.

Les dattes qui ne sont pas interdites, mais pas recommandées pour les personnes ne les consommant jamais, peuvent également être intégrées, durant les 15 derniers jours de la grossesse, pour donner davantage de force à la maman. Les dattes la préparent à l’accouchement en quelques sortes.

D’autres sont à éviter car elles sont irritantes pour les intestins, elles peuvent être très laxatives, et provoquer des contractions comme : le séné, la bourdaine, et la rhubarbe.

Le thym aussi peut provoquer des contractions, voir déclencher une fausse couche. En petit quantité, lyophilisé, il n’a pas les mêmes propriétés qu’en infusion, mais si vous ressentez des douleurs analysez ce que compose votre repas, et il se pourrait que cela vienne du thym.

À noter que le ginseng est à bannir lorsque l’on est enceinte, il est trop puissant ! Il perturbe la coagulation sanguine de la femme enceinte. Le costus indien est également trop puissant. De même les graines oestrogéniques (ici soja, tofu) sont également à éviter. On nous incite à consommer davantage de soja, mais un article devrait être consacré pour expliquer comment les femmes asiatiques le consomment, et cela n’a rien à voir avec nos habitudes occidentales. Donc, prudence avec le soja.

La grossesse et l’alimentation, Trimestre par trimestre :

Le premier trimestre : est destiné à incorporer surtout la vitamine B9 et les folates dans l’alimentation (nos fameux légumes verts). Mais on mange toujours de tout, l’assiette doit être colorée.

Le 2e trimestre : on insistera davantage sur des aliments très riches en fer pour prévoir l’accroissement du volume sanguin qui va augmenter d’environ 50%. Des œufs, (surtout le jaune pas cuit) et le saumon sont riches en fer, ainsi que le bœuf, l’agneau et le poulet. Les fruits de mer (palourde, huitre) également le sont, ils sont à privilégier mais tout le monde n’aime pas, et il faut qu’ils soient bien cuits. Ne pas oublier également que la femme enceinte a besoin de vitamine C qu’elle pourra trouver dans le poivron rouge, qui contient plus de vitamine C qu’une orange ! Ainsi que le brocoli, les choux-fleurs, le chou-frisé, les agrumes, les fraises et d’autres fruits et légumes.

Le 3e trimestre : lui nécessitera davantage d’oméga 3, de calcium, de vitamine D, vitamine K. Les omégas se trouvent entre autre dans les poissons comme le hareng, le saumon, ou la sardine. On peut trouver également des oméga 3 dans les algues marines.

Il n’est pas question de se dire trimestre 1, je ne mange que du vert. Trimestre 2 c’est un arc en ciel dans mon assiette, et Trimestre 3 je suis à fond dans les produits de la mer ; mais juste de comprendre les bases de ce que le corps à besoin pour l’aider au mieux dans la « fabrication » de votre bébé.

Derniers rappels :

Les oeufs doivent être de très bonne qualité, le code sur l’oeuf doit être 0 ou 1, sinon vous ne bénéficierez d’aucun des nutriments que l’œuf apporte à la santé.

Tout comme le beurre, il doit s’agir d’un vrai beurre et non pas de margarine ou autre beurre à tartiner. Il doit être issu d’un lait biologique, un beurre de pâturage.

Eviter l’eau du robinet.

Et toujours, manger varier, équilibré, bio, et coloré.

Mais tout cela, c’est vrai, enceinte ou pas.

Il y a une chose importante dans la vie, c’est l’alimentation. Soit on prend soin de nous maintenant par le biais de notre assiette, et on tente de préserver son capital santé le plus longtemps possible. Soit on va devoir par la suite prendre des médicaments et se voir interdire certains aliments. Il serait dommage que votre bébé connaisse cela dès son plus jeune âge, dû à une alimentation gestationnelle non maîtrisée.

Dernier point, ne terminez pas par le sucré, qu’il s’agisse même de fructose, de bon sucre, ne terminez pas par le sucre.

Si j'aime un article, je le partage ;) et vous ?
  •  
  •  
  •  
  •  

8 Comments

  1. Bel article qui est tellement plein de bon sens qu’il nous faut régulièrement entendre. Evidemment je n’ai jamais été et ne serai jamais enceinte … mais les grossesses de mon épouse ont toujours été de vrais moments de remise à plat de nos habitudes alimentaires et de vie. C’est la magie de la vie qui nous atteint au plus profond de nous-même et nous fait prendre conscience du capital santé que nous devons préserver et transmettre à nos enfants. Merci pour ce partage.

    • Bonsoir,
      Merci beaucoup Eric pour ton soutien et témoignage. Effectivement, tu ne seras jamais enceinte, mais je pense que tu as dû partager de beaux moments avec ton épouse pendant ses grossesses. C’est vrai, une grossesse c’est la magie de la vie comme tu le dis, c’est magnifique. J’aimerai tellement qu’il y ait une vraie éducation nutritionnelle à l’école pour que les jeunes filles de demain, soient des futurs mamans conscientes de leur santé, leur alimentation et ce qu’elles vont transmettre génétiquement à leurs futurs enfants. Les mentalités évoluent, cela se fera peut-être. Merci à toi pour ton intervention en tant qu’homme sur cet article et ton appréciation.

  2. Bonjour,
    Super article, très complet. Pour détecter les perturbateurs endocriniens, j’utilise l’application Yuca. Je ne donne pas n’importe quoi à manger à ma fille 😉
    Bravo,
    Pierre-Christophe

    • Bonjour Pierre-Christophe,
      Bravo, ta fille a de la chance, voilà un papa responsable. Merci pour le partage et pour ton commentaire. 👍🏼

  3. Merci pour cet article très clair et complet, qui aide à s’y retrouver (y compris pour le papa / futur papa), car la tâche n’est pas évidente ! Il est intéressant de transformer ce qui est parfois perçu comme une contrainte, en une opportunité : celle de mieux manger, de mieux comprendre ce dont notre corps à besoin et ce que l’alimentation lui apporte. C’est en tout cas comme cela que nous l’avons vécu, sans culpabilité, et sans chercher à être parfait. Résultat, on a gardé certaines habitudes alimentaires 🙂
    Bonne continuation !

    • Bonjour Gael,
      Merci pour ce partage d’expérience, et pour ce commentaire encourageant. Oui, tu as raison, transformer ce qui peut paraître comme une contrainte comme une opportunité. Pour ma part plus je mange mieux, et moins rien ne me manque. Et je l’applique dans tout. Plus j’étudie, moins j’ai envie de perdre mon temps. Voilà de bonnes addictions je trouve.

  4. C’est vrai que ça semble évident, mais beaucoup de femmes n’y pensent pas vraiment. Pourtant c’est sur que nous avons, nous femmes, une sacrée responsabilité sur l’avenir de nos bébés…
    Un article bien utile une fois de plus. merci.

    • Bonjour Corine,
      Oui, comme tu dis nous avons une sacrée responsabilité sur l’avenir de nos bébés.
      Merci beaucoup pour l’appréciation de mon article. J’espère qu’il sera lu par de jeunes femmes qui pourront peut-être se poser les bonnes questions quand à leur alimentation.

Laisser un commentaire